mariage druidique au Cap sizun

Beuzec-Cap-Sizun (29). Le mariage était druidique

 

25 avril 2011, Le Télégramme

 

 

 

Faire du plus beau jour de leur vie un retour aux sources, une ode à la nature, tel était le souhait de Stéphanie et de François.

 

Ainsi, après avoir officialisé samedi, leur union à la mairie de Quimper, le couple s'est rendu sur le site magnifique de Kastel Coz, à Beuzec-Cap-Sizun, pour célébrer leur mariage selon le rite druidique. Là, en pleine nature, les attendaient le druide Den Ar C'Hoat et les membres de sa Clairière «Bugale Loù» (les enfants de Lug) afin de procéder à leur union sacrée, conformément aux rites ancestraux des Celtes.

 

Attachement à la nature et au sacré

 

Tous les invités ont pris place, conduits symboliquement par le son de la cornemuse, autour d'un cercle sacralisé. La cérémonie qui réunissait quelque 110 personnes, s'est faite en français et en breton, accompagnée par la douceur de la harpe celtique du Druide Telennour. «Le mariage druidique s'est imposé à nous, d'une part pour des raisons culturelles et géographiques, ensuite, parce que nous nous sentons proches des valeurs celtiques et de leurs symboles, sagesse, force et nature», explique François, le marié. En effet, le druidisme perpétue des croyances celtes millénaires, invoquant les dieux et déesses en totale communion avec les éléments de la Terre-Mère et de la nature. Si les demandes de mariage druidique se multiplient, une dizaine par an, la préparation prend un peu de temps. La démarche personnelle des futurs époux doit prouver leur attachement à la nature et au sacré et non se faire pour des raisons folkloriques. «Le druide Den Ar C'Hoat, accessible et tolérant, nous a invités à suivre la cérémonie de Samain auparavant, afin de voir et de comprendre. Nous nous sommes tout de suite sentis impliqués, contrairement à une messe où l'on a l'impression d'être spectateurs passifs», conclut François.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site