L'EUROPE DES MINORITES

      JEAN MABIRE :Ils ont rêvé l'Europe des Patries charnelles

 

 

 

Des idées qui nous sont aujourd'hui familières- enfin et heureusement ! - n'ont pas toujours la longue histoire que certains imaginent. Ainsi en est-il de ce qu'on nomme tantôt l'Europe des régions, tantôt l'Europe des Ethnies, tantôt l'Europe des Peuples, tantôt l'Europe des Patries charnelles, toutes notions assez synonymes surgies d'un combat guère plus ancien, celui de l'Europe des Minorités.

 

 

 

Parce que le XIXe siècle avait vu la naissance de l'unité italienne et de l'unité allemande, certains le nommèrent un peu hâtivement le siècle des Nations. C'était aller vite en besogne et y voir un prélude à cette Europe des Nations qui fut le grand échec du XX ème siècle. C'était oublier une des grandes lois de la nature, donc de la politique : les réalités vivantes ne sont jamais semblables et on ne peut appeler - comme aujourd'hui - du même nom de "nation" des entités aussi diverses que l'Espagne ou le Luxembourg, pourtant membres l'une et l'autre à part entière de cette communauté Européenne, qui a décidé de se construire sur les Etats existants, un peu comme en Afrique qui tient encore compte des frontières coloniales et non des réalités tribales.

 

 

 

Dans ce mariage de la carpe et du lapin, le fameux slogan de l'unité dans la diversité -belle formule par elle même - se réduit à un voeu pieux. Comment inclure dans un ensemble une Allemagne fédérale, bien vivante en ses Länder et une France centralisée, prise dans le corset d'un bi-séculaire jacobinisme ? Pour un observateur attentif, la "nation" en Europe se confond rarement avec "l'Etat".

 

 

L'idée européenne

 

 

 

Il ne faut pas croire que l'idée d'Europe, au cours d'une très longue histoire, se soit confondue avec celle des patries qui la composent. Héritier d'une vieille tradtion "européenne" (où s'étaient déja illustrés ses compatriotes normands Pierre Dubois, le légiste coutançais, Philippe le Bel et l'abée de Saint-Pierre, l'adversaire du Roi-Soleil), Pierre Drieu La Rochelle écrivit en 1931 un essai très justement intitulé l'Europe contre les patries. C'était l'époque du rêve Européen de certains combattants de 14-18, qui mesuraient, avec un Aristide Briand, toutes les folies d'un traité de Versailles ayant crée de nouvelles "patries" aussi monstrueuses que la Tchécoslovaquie ou la Yougoslavie, héritières non du fédéralisme instinctif de l'empire des Hasbourg mais d'une conception "républicaine" et centralisée d'inspiration jacobine.

 

 

 

La plupart des partisans d'une Europe politique ne voyaient pas cette contradiction interne, car ils ne songeaient qu'à l'unification totale du continent, prêts à accepter une hégémonie qui n'était plus espagnole ou autrichienne comme au temps de l'Ancien Régime, ni française comme au Siècle des Lumières et surtout de l'Empire napoléonien mais fatalement, par sa position centrale et son dynamisme. Prussienne, allemande, germanique, cette Europe conduisait, sans le dire, à l'emprise d'une nouvelle hégémonie, celle de la première puissance continentale. On retrouvait finalement le rêve jacobin et bonapartiste. A l'Europe de Genève d'entre les deux guerres et à son échec, succédait inévitablement en 1940 la réalité de l'Europe de Berlin. C'est pourquoi il devait séduire tout à la fois des hommes de gauche et des technocrates. Voir à ce sujet le remarquable essai de L'Europe nouvelle de Hitler de Bernard Bruneteau (Le Rocher, 2003).

 

 

 

L'Europe unie des Européens démocrates comme celle des Européens "fascistes" (les guillemets s'imposent) était fatalement une Europe uniforme avant d'être une Europe en uniforme. L'idée européenne que prônaient les nationaux-socialistes au moment de la Croisade contre le Bolchevisme prétendait respecter les anciennes nations. Il ne pouvait rien en être, surtout en pleine guerre totale et le général Vlassov, par exemple, devait connaître bien des malheurs. Il ne fut jamais question d'une Europe fédérale et il fallut attendre 1945 pour que le fédéralisme devînt un peu à la mode.

 

 

Le génie de Fouéré

 

 

 

Mais alors d'où vient l'idée de cette Europe des régions dont nous nous réclamons aujourd'hui ? Absolument pas des partisans de l'unité Européenne de l'Entre-Deux-Guerres, à commencer par le fameux comte Goudenhove-Kalergi, né en 1894 à Tokyo de père Autrichien et de mère Japonaise, et pour qui les Etats-Unis d'Europe de son mouvement paneuropéen, fondé à Vienne en 1922, n'étaient que les Etats alors existants.

 

 

 

La réaction viendra de la base, c'est à dire des militants des "minorités". C'est au début de l'année 1937 que paraît le premier numéro de la revue Peuples et Frontières, consacré, déjà, au Pays Basque péninsulaire, alors que la Guerre d'Espagne faisait rage et que le franquisme, férocement unitaire, était en train de triompher. Qui était l'animateur de Peuples et Frontières (qui portait le sous-titre de "revue d'information sur les peuples opprimés d'Europe occidentale") ? Tout simplement le Breton Yann Foueré, né en 1910, qui devait par la suite écrire un superbe livre-manifeste L'Europe aux cent drapeaux (1968) et qui vit toujours à Saint-Brieuc, portant allègrement et combativement ses 94 printemps.

 

 

 

Alors que s'affrontaient démocraties et fascismes, nationalismes et internationalismes, droites et gauches, naquit un mouvement précurseur que la Seconde Guerre Mondiale ne pourra que totalement fracasser. Mais les 25 numéros de Peuples et frontières n'avaient pas semé en vain.

 

 

 

Le plus européen des penseurs politiques européens, Drieu La Rochelle, avait accueilli, il faut le dire, le mouvement Breton de Breiz Atao par des sarcasmes de Normand (vieille querelle gauloise du Couesnon) dont on trouve un triste témoignage dans un articulet fielleux de la Nouvelle Revue Française. Pendant la guerre, cependant, Drieu fut le seul à entrevoir l'idée d'une Europe fédérale. Il faut lire à ce sujet deux textes essentiels dans Le Français d'Europe. Le premier fut écrit en 1942 et parut en 1943 dans la revue Deutschland-Frankreich. Il s'intitule "France, Angleterre, Allemagne". Le second, encore plus significatif, fut publié dans la NRF, en mars 1943, sous le titre "Notes sur la Suisse". On y voit évoqué le mythe d'une Europe en quelques sorte helvétique qui serait celle des peuples et non des nations. Drieu se suicida. Le Français d'Europe fut pilonné et on n'en parla plus.

 

 

 

Cependant l'esprit de Peuples et Frontières, tel qu'il avait été développé jusqu'à la mi-juin 1939, ne pouvait disparaître. On va le retrouver au lendemain de la guerre, dans le cadre de la revue Fédération et surtout du Mouvement Européen des Régions et Minorités, animé par Joseph Martray, l'ancien bras droit de Yann Foueré, alors "empêché" et exilé en Irlande. Curieux mouvement qui enchanta mes vingt ans. Pour la première fois, on y était intégralement Européen sans renier sa communauté d'origine. On était Européen parce que Breton ou Flamand, Ecossais ou Catalan. Je me souviens d'un magnifique congrès à Versailles, ce devait être en 1947 ou 1948. L'amphithéâtre était décoré des blasons de tous les peuples alors "interdits". De chacun d'eux partait un ruban écarlate rejoignant une vaste couronne de feuillage dominant l'assemblée. Cela avait une allure de solstice des peuples et j'avais passé quelques nuits avec des copains à assurer cette multicolore décoration d'une salle frémisante d'enthousiasme. Un second congrès eut lieue à Leeuwarden, capitale de la Frise occidentale, aux Pays-Bas. j'y étais aussi...

 

 

Idée née à la base

 

 

 

Il faut savoir qu'il régnait alors une ambiguïté qui n'a pas totalement disparu : le ton était donné par les "minorités", souvent à la base linguistique et les "régions" étaient mal reconnues.

 

On n'avait pas trop su où mettre les Normands, puisqu'ils prêchent un dialecte d'oïl ou parlent plus simplement la langue de Malherbe et de Corneille. Etaient donc absents de ces réunions "européennes" les Français, les Allemands, les Anglais, les Italiens, les Espagnols... L'Europe des minorités l'emportait sur l'Europe des peuples ! On devrait par la suite retrouver les mêmes dérives dans les ouvrages du professeur Guy Héraud, qui vient de disparaître en janvier 2004, et dont le beau livre L'Europe des ethnies (1963) souffre de reposer exclusivement sur des critères linguistiques, qui ne devraient pas être les seuls. C'était bien l'avis de mon vieil ami Paul Sérant. L'auteur de La France des minorités (1965) avait pourtant compris que l'Europe devait arborer cent drapeaux (et j'en dénombrais pour ma part trois fois plus, si l'on voulait que toutes les "régions" de la future Euro-Sibérie soient présentes.

 

 

 

Cette idée de l'Europe des Régions n'est pas venu de quelque sommet bruxellois ou strasbourgeois mais de la base. Elle est née de militants enracinés dans leur terroir et non pas de fonctionnaires internationaux pris de l'envie de transformer l'Europe technocratique en un gigantesque puzzle.

 

 

 

L'Europe des minoritaires ou des régionalistes, peu importe leur étiquette, a plus d'un demi-siècle d'existence. C'est le serpent de mer qui ressurgit périodiquement. On l'a vue, il y a une vingtaine d'année, s'exprimer à Copenhague par l'organe puissant et rural de Pierre Godefroy, député-maire de Valognes et ancien collaborateur de la revue Viking, un de mes plus vieux campagnons de combat identitaire. C'est à lui que je dois d'avoir connu l'oeuvre du grand réformateur Danois Nicolas Grundtvig (1783_1872) et de ses hautes écoles populaires.

 

Ne nous y trompons pas. Tous les "régionalistes" ne sont pas Européens, pas plus que tous les "Européens" ne sont régionalistes. On l'a bien vu avec le livre de Jean Thiriart, Un Empire de 400 millions d'hommes : l'Europe (1964). Nationaliste Européen de l'espèce jacobine et ennemi farouche des mouvements identitaires qui étaient à ses yeux séparatistes, il se voulut chef autoritaire mais, avant même sa mort, il avait sclérosé son propre mouvement par les outrances du caporalisme le plus sectaire. Il est peu d'exemple qu'une aussi grande idée laisse aussi peu de traces dans l'aventure d'une génération malgré quelques admirables militants.

 

 

 

 


 

 

 

 

Jean Mabire

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×